janv 2013 - 02

 


Tracez dans les terres arides une route aplanie pour le Seigneur…

 


Nous notons sur une feuille "dalle" "ce que nous faisons pour « aplanir le chemin devant nos frères », en écoutant leurs besoins, en partageant avec eux ce qui nous fait vivre" :

 

La route de la vie est souvent dureté et peine à monter ; peut-être aussi que nous nous préparons à l’endurance, mais, Seigneur, donne-nous et à nos proches la force de vivre plus près de toi.

Je crois que l’engagement syndical est un engagement d’amour, car il pousse à lutter pour la justice et la dignité de tous quelle que soit la couleur de la peau. En ce jour de réflexion sur les migrations, je pense que le chemin est long pour que tous soient respectés et traités avec justice.

C’est en aimant comme le Christ nous a aimés que nous accueillons notre prochain dans les difficultés et les joies, et cela chaque jour.

En les écoutant, comprendre leurs attentes et les aider dans leurs démarches ; parler, échanger, multiplier nos rencontres pour sortir de nos combats ensemble : plus nous serons nombreux, plus nos voix s’élèveront.

Rester à l’écoute des uns et des autres ; être présent si nécessaire ; pardonner, partager, assister, prier, porter à notre entourage l’évangile ; accueillir, être exemple pour les autres.

Celle-ci pour moi est une vie nouvelle, donc je suis en train de connaître des personnes nouvelles et de chercher à être leur amie et à créer un rapport de fidélité et d’amitié dans les besoins de la vie de chaque jour.Par exemple, j’ai connu des autres étudiantes qui habitent au même étage que moi et nous nous voyons chaque soir pour être sûres que tout se passe bien.

Je remercie Dieu de m’avoir invité à cette célébration du Lien très enrichissante ; merci mon Dieu.

Quand j’écoute bien mes frères, je sens leur désarroi, et avec eux je cherche comment adoucir leur vie parfois si dure. Il suffit parfois d’une écoute simple mais profonde. J’essaie d’être avec eux, toute à eux. Nous cherchons des solutions. Si je peux, je donne de mon temps, des gestes chaleureux ; ce que j’ai en plus, je le partage avec eux. Nous prions ensemble ; la route est aisée à parcourir.

Dans la terre aride, écoutons le parole de Dieu et gardons la foi.

En les écoutant surtout et en partageant avec eux une prière, ou plus simplement en leur disant que je prie pour eux ; ce qui est très souvent accueilli avec joie, même si ce n’est pas explicitement demandé.

Ayez foi en Jésus-Christ. Amen. Que Dieu bénisse la paroisse Notre Dame de la Gare et qu’elle prospère en tout.

 

Ecoute

 

Ecouter les autres et leur transmettre, par la puissance de l’Esprit-Saint, la lumière de Jésus-Christ dans leur vie.

Je suis toujours heureux de guider un ami et une amie pour aplanir le chemin devant mes frères et sœurs.

Investir auprès des autres dans mes différents engagements (syndicaux, politique et associatifs). Dans le cadre de mes fonctions de maire-adjoint, je soutiens l’action du Réseau Education sans frontières (RESF) en luttant contre les expulsions de ressortissants étrangers.

Les chemins sur la terre aride ? C’est difficile en quittant le pays pour un autre, on ne sait pas comment on peut arriver. Par la grâce de Dieu, on arrive. Je préfère encourager les autres que Dieu est là.

Dieu, Seigneur Jésus-Christ soit avec nous ; merci pour tout.

Le Seigneur est amour ; chaque jour qui passe, il nous accorde de vivre des expériences, certaines joyeuses, d’autres plus dures et tristes. Mais, caractérisé par la foi, notre chemin s’aplanit et ceux avec qui nous communions. Avec mes amis de l’ACO, nous partageons le vivre ensemble et cette expérience nous donne espoir. Amen.

A Marie, mère de Jésus et notre mère ; grâce à toi, tu m’as fait trouver le lieu et l’église que je cherchais ; merci à toi, Marie, merci éternellement.

Seigneur Jésus, dans cette vie difficile, je te demande force et courage pour arriver à ne pas oublier, mon Dieu créateur. Apprends-moi à tracer par mes prières, par la compréhension envers les autres et les autres envers moi, cette route qui permettra mon Dieu à venir vers moi sa créature, simple élément de la terre que je suis. Amen

Avec les copains et copines du Syndicat CFDT des retraités du 13°, nous accompagnons Bernadette dans sa vie de tous les jours. Bernadette a la maladie d’Altzeimer ; ce soutien lui permet de rester encore à son domicile. Elisabeth, malgré son handicap (problème de vue) téléphone régulièrement à Bernadette pour la soutenir et lui témoigner son amitié.

J’entretiens des relations de bon voisinage. Beaucoup me rendent service, montent mon caddie quand je reviens de faire mes courses. Je dis : « si vous avez besoin de quelque chose, venez frapper chez moi. » J’écoute les doléances de certains ; je donne aux nombreux mendiants.

La tendresse, un regard, une aide à notre prochain… comme Jésus, partage !

 

 

Olympiades1

 

Quand on vieillit on abandonne certaines actions ; mais il nous reste le sourire, la disposition à l’écoute en direct ou au téléphone ; c’est incroyable le nombre de personnes, jeunes ou vieilles qui ont besoin d’être écoutées. Soyons la petite oreille du bon Dieu.

Seigneur je te confie ma petite sœur Louise pour qu’elle puisse écouter ta voix ; ouvre son cœur, Seigneur ; aplanis sa route pour qu’elle puisse te suivre ; merci, Seigneur.

Je désire très fort la réconciliation et la paix ; aide-moi, Seigneur, sur mon chemin.

Je partage depuis quelques temps ma vie avec B. ; la majorité de sa famille est éloignée de l’Eglise ; lui-même dit « ne pas croire en Dieu ». J’espère que ma présence à ses côtés lui apportera foi et espérance.

Aplanir le chemin peut passer par la nécessité de semer quelques petits cailloux pour aider des amis à se repérer, à vivre. Un copain est tombé dans une dépression dont il ne se relève pas. Bourré de médicaments pour éviter qu’il « disjoncte », il ne travaille plus et s’enfonce inexorablement dans le néant (isolement, asociabilité). Tous les 15 jours, je le rencontre en essayant de discuter : petit espoir pour lui, afin qu’il croit qu’il existe encore aux yeux de quelqu’un.

Je me suis engagée auprès des Roms ; je fais chaque semaine du soutien scolaire à une enfant Rom ; ce qui j’espère que cela lui permettra de s’intégrer en France.

Pour aplanir les chemins, j’essaie avant tout d’écouter les autres, d’entrer en contact avec eux. Cette écoute devient échange et ensemble on avance du mieux qu’on peut. La prière à partir des échanges éclaire beaucoup de choses.

L’année 2012, j’ai eu une traversée de désert avec les problèmes de santé de ma fille. Mon Dieu m’a donné le courage de surmonter cette épreuve très difficile. Je le remercie de toute ma force de me laisser profiter de ma fille. Merci mille fois, mon Dieu. Amen.

Merci pour ces beaux témoignage de vie, si riches ; merci pour les partages de ce soir.

J’essaie de toujours aider les autres et je veux continuer à aider avec ce que le Père éternel accorde que je puisse avoir. Je le ferai de tout mon cœur.

Partage avec ton Dieu le regard de la tendresse.

En écoutant leurs besoins et en essayant de les partager pour les aider à réagir.

 

Boutroux4

 

En tant que gardien, je tente de me rendre disponible, à l’écoute, attentive aux autres. Je peux tendre une main, tendre l’oreille ou encore ouvrir les bras. Cela peut être aussi en prodiguant des conseils.

Mon Seigneur et mon Dieu, je vous adore et je vous aime. Merci pour la vie que vous nous donnez. Merci pour votre amour infini pour nous. Merci pour mes frères et mes sœurs du LIEN ; Merci pour ma famille.

Alors ce chemin avec Dieu, avec Marie, mère de Jésus-Christ, notre sauveur, assis à la droite du Père qui nous ramène à la vie : merci pour ce pain et cette eau pour notre chemin.

Le Seigneur a tracé le chemin, le voici, le Seigneur qui vient.

Dieu nous montre le chemin qui nous conduit à l’éternité. Ce chemin est nécessaire à tous : Dieu est notre soleil qui nous éclaire.

Toutes mes difficultés, moi et mon époux ; je demande à Dieu son aide pour le 14 janvier, sans oublier mes enfants. En lisant, je me sens concerné ; je dois tout faire pour aider mon prochain, merci.

Ces derniers jours, je suis allée rendre visite à un voisin de mon palier pour lui apporter un peu de galette et surtout lui remonter le moral. Car cette année, il a perdu son fils, et l’année dernière, il avait déjà perdu sa fille et sa femme. Donc, voilà Seigneur, j’ai écouté mon frère ; j’ai essayé d’aplanir son chemin. Grâce à ce réconfort moral, je lui ai dit que j’allais prier pour lui.

Je n’oublie pas dans ma prière du matin de remercier Dieu notre Père des grâces qu’il me donne et du courage qu’il me faut pour toutes les épreuves que Dieu nous envoie, et cela pour aplanir la route tracée par Dieu notre Père. Merci encore.

Pour aider quelqu’un qui est en profonde difficulté, je l’écoute tout d’abord très attentivement, et ensuite j’essaie dans la mesure de mes possibilités de la secourir par des paroles de compassion, pour lui faire comprendre qu’elle n’est pas la seule et que la solidarité entre nous est très importante.

Pour moi, c’est la volonté de rejoindre A. et R. pour les remettre sur un chemin qui soit ton chemin, Seigneur. Aide-nous avec F. et A. à réaliser cela.

J’ai tout fait pour retrouver mon frère. Cela a marché, mais malheureusement je sais qu’on ne compte pas pour lui ; je lui pardonne ; je m’inquiète beaucoup pour ma mère à cause de sa santé. Sans ma mère, je me sentirai seule. Merci au Seigneur.

 

 

janv 2013 - 22

 

 

 Nos écrits en version papier: LienCele12janv2013NosEcrits

 

Plusieurs de nos écrits (et deux témoignages !) évoquent l'église Notre-Dame de la Gare.En cherchant une photo de la Pieta pour accompagner le témoignage d'Yvette, sont  apparues des photos, belles - et jamais vues  - prises à l'expérieur et à l'intérieur de l'église  ! Plusieurs d'entre elles (avec d'autres) forment un nouvel album-photo "les photos de l'église Notre-Dame de la Gare' (colonne de droite).

 

CoordonneesLien